Tout est pensé en permaculture, pour le respect et l’imitation de l’équilibre de la nature. Chaque plante, chaque animal, chaque être vivant a sa place et son rôle. C’est le cas des plantes fertilisantes, aussi nommées accumulateurs dynamiques, qui sont les authentiques piliers de ces écosystèmes. Dans cet article, nous allons jeter un œil à quelques plantes fertilisantes essentielles que vous pouvez incorporer dans votre jardin.

Description en permaculture d’une plante fertilisante

Dans l’écosystème du jardin, les plantes fertilisantes enrichissent le sol et jouent un rôle primordial. De même, chaque plante dispose d’une fonction bien précise.

A découvrir également : Quel budget pour faire un jardin ?

Les agents fixateurs d’azote, par exemple, peuvent absorber l’azote de l’atmosphère et le stocker dans leurs racines, le redistribuant pour enrichir le sol pour d’autres plantations, entre autres :

  • le trèfle
  • le lupin
  • et certaines légumineuses

Les engrais verts, comme la phacélie et la moutarde, sont des plantes qui sont semées puis récoltées et enfouies dans le sol pour améliorer la structure du sol et sa teneur en matière organique.

Cela peut vous intéresser : Quel outil passer après la grelinette ?

Les plantes mellifères telles que le tournesol et la lavande attirent les pollinisateurs et favorisent la biodiversité.

Quant aux accumulateurs dynamiques, ils ont le pouvoir d’extraire les nutriments des sols des basses terres. Ils les mettent ensuite à la disposition des cultures voisines, les libérant quand ils sont coupés ou lorsque les feuilles tombent et se fanent. Les plantes fertilisantes contribuent donc au maintien d’un sol fertile et sain de façon naturelle. N’hésitez pas à vous informer davantage sur potiblog.

Comment les cultures fertilisantes sont-elles utilisées ?

La fertilisation des plantes peut améliorer les conditions du sol, car leurs racines profondes assouplissent le sol. Il augmente également la fertilité du sol lorsqu’il est utilisé comme engrais vert.

Après la coupe, ils restent à la surface du sol où ils se décomposent et libèrent des nutriments.

C’est notamment le cas de la consoude et de l’ortie, dont les feuilles sont coupées et utilisées comme paillis.

Certains d’entre eux distribuent même des nutriments précieux absorbés par leurs racines, au profit de leurs voisins.

Les engrais et les décoctions de ces plantes vous donnent la possibilité de créer vos propres engrais, ainsi que des moyens préventifs et thérapeutiques, par exemple contre les maladies fongiques.

Enfin, les plantes comme le sureau ont l’atout supplémentaire d’éclore des fleurs et des fruits comestibles, qui ajoute une dimension productive à leur fonction dans l’écosystème du jardin.

4 plantes fertilisantes à planter dans votre jardin

La consoude, ses feuilles sont riches en potassium, azote et phosphore et peuvent être utilisées comme compost ou paillis.

L’ortie préfère les terres riches et humides. Elle s’utilise en purin pour la stimulation de la croissance des plantes environnantes.

La prêle contient de la silice, qui est bénéfique pour les plantes sujettes aux maladies fongiques telles que les roses et les cucurbitacées.

Le pissenlit agit tel un accumulateur dynamique apte à extraire des minéraux comme le calcium et le potassium des profondeurs du sol.